Un prototype de maison positive à Berlin

Début 2012, une famille allemande de quatre personnes devrait prendre ses quartiers dans une maison à énergie positive de 130 m² au centre de Berlin. Cette expérimentation originale, d’une durée d’un an, a pour objectif d’optimiser l’efficacité énergétique réelle de ce type de logement.

Le rêve de tout automobiliste et possesseur de maison : assis dans son salon, il peut recharger son véhicule à l'aide d'une télécommande – non pas avec de l'essence, mais avec de l'électricité produite par sa maison.

À partir de début 2012, une famille de 4 personnes vivra pendant un an dans une maison à énergie positive, installée au centre ville de Berlin, pour tester en conditions réelles différents concepts d'optimisation de l'efficacité énergétique des bâtiments. L'habitation génèrera assez d'énergie pour non seulement s'autoalimenter, mais aussi pour recharger un véhicule électrique.

À l'initiative du Ministère fédéral des transports, de la construction et du développement urbain (BMVBS), le projet sera suivi par la Société Fraunhofer et la maison de quelques 130 mètres carrés réalisée par le bureau d'ingénieur Werner Sobek de Stuttgart, qui a remporté l'appel d'offre public. L'État entend ainsi devenir une force motrice dans le développement de l'électromobilité.

L'isolation thermique sera très efficace ; tous les murs extérieurs seront recouverts de modules photovoltaïques. Les matériaux employés seront complètement recyclables, la chaleur sera générée par une pompe à chaleur et les appareils électriques seront sélectionnés en fonction de leur efficacité énergétique. Par exemple, une machine à laver pourra être contrôlée par un boîtier de commande qui ne l'activera uniquement lorsqu'une surcapacité sera détectée dans le réseau électrique.

La famille d'essai, qui n'a pas encore été sélectionnée, disposera également de voitures, de vélos et de mobylettes électriques. L'énergie générée dans la maison rechargera ces véhicules par induction. Tous les constructeurs automobiles allemands se sont montrés intéressés par ce projet, mais aucun partenaire n'a encore été sélectionné. Le gouvernement fédéral a décidé d'inverstir 2,5 à 3 millions d'euros pour ce projet.